Just Married

Une histoire du mariage

02.06.16 > 03.09.2017

Avec comme fil rouge la robe de mariée, Just married, une histoire du mariage  met en lumière les aspects de la tenue du jour J.

La robe nuptiale est colorée de mille teintes avant que le 19e siècle ne la rende blanche. L’Église encourage alors cette couleur, symbole de virginité. En l’adoptant pour leurs mariages, la Reine Victoria d’Angleterre (1840) et l’Impératrice de France Eugénie (1852) en fixent l’usage qui se répand. Vite dans les milieux aisés et dans les villes, plus lentement dans les autres classes sociales et les campagnes. Même si la libération des mœurs a modifié le sens premier du mariage, la tradition du blanc résiste imperturbablement. Certaines mariées choisissent le noir pour pouvoir réutiliser leur robe par après, d’autres en signe de deuil. Passé la Grande Guerre, le noir cède le pas aux demi-teintes, telles les gris, les beiges et les violets. Ces tonalités étaient déjà conseillées pour les remariages et pour les mariées d’âge mûr. Avec les décennies les conventions s’adoucissent. Aujourd’hui se marie en blanc qui veut et en couleur celle qui le désire.

Longtemps, la tenue de la mariée est une déclinaison de la robe du soir dont elle adopte les caractéristiques de coupe. Elle suit la mode, en se distinguant par sa couleur, sa traîne, son voile. Dans les années 1970, les codes volent en éclats. La robe de mariée s’affranchit des modes pour devenir un genre en soi, concrétisant le plus souvent le rêve d'être, le temps d'un jour, une princesse.

Les robes et accessoires exposés